G. Lolli - La Furia Nel Sangue (Guts) (2017)

Avec le titre I Segreti di Twin Peaks paru sur The Lonesome Foghorn Blows (The Secret of Knowing Who Killed You), deuxième volet de la compilation IndieRockMagxTwinPeaks, Geoffrey Lolli affichait déjà un attrait pour la langue de Dante. Une tendance qu’il prolonge sur Capire Il Mistero, bande sonore dont la quasi-totalité des morceaux est baptisée à la fois en italien et en anglais.

Des titres doubles qui épousent une contradiction évidente, présente sur la pochette même du disque : ’Capire Il Mistero’ / ’A Mystery Doesn’t Need To Be Understood’, soit "comprends le mystère / un mystère n’a pas besoin d’être compris"Geoffrey Lolli s’amuse avec les auditeurs sur cette BO imaginaire décrite comme "library music for a cinematic journey’.

Comme prévu, il sera difficile de résister à la poussée de l’artiste qui emmène l’ensemble très haut. Si l’illustratrice de l’oeuvre, Jennie Zakrzewski, dit assumer l’influence de Twin Peaks sur ce travail, Geoffrey Lolli - qui n’a jamais été au-delà du pilote de la série - déploie des contrées sonores qui font écho à la série.

Aussi, une certaine nostalgie candide de la fin des années 80 peut se mêler à des sonorités plus graves et sérieuses sur un même morceau, Oltre Ogni Ragionevole Dubbio (Reasonable Doubt) en étant un exemple le plus frappant.

Capire Il Mistero constitue la bande son d’un voyage imaginaire, mais il s’ancre dans quelque chose de profondément réel : le retour aux sources. Messin d’adoption, Geoffrey Lolli a regagné il y a quelques mois son Italie natale, et à l’écoute de ce disque, il n’est pas difficile de deviner les sentiments qu’il éprouve, entre satisfaction de revenir sur ses terres initiales et culpabilité d’avoir laissé sur la route de belles rencontres.

Celui qui officie également sous l’alias Dr Geo, qui l’a vu accoucher des passionnantes Lo-Fi Studies, est resté fidèle au label Specific Recordings, défricheur de sons devant l’éternel, et il trouve ainsi l’écrin parfait à ces expérimentations synthétiques qui peuvent évoquer le Rock Bottom de Robert Wyatt (Sogno A Occhi Aperti (The Dying Dream).

Mais le sommet de ce disque est bien La Furia Nel Sangue (Guts) et ses faux-airs du Air de Talkie Walkie tant les effets synthético-oniriques se lovent dans des cordes cotonneuses aux résonances diverses qui captent l'attention de l'auditeur pour suspendre le temps. 


Commentaires

  1. Très bel album en effet, que je connais déjà presque par coeur...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire